Contenu:

Idée et genèse

Château de Neuschwanstein – une nouvelle création de l'historicisme

 

Image: Projet idéal réalisé en 1868 par Christian Jank

Projet idéal réalisé en 1868 par Christian Jank, dans laquelle ont
été intégrées les indications scéniques de Richard Wagner pour
le deuxième acte de l'opéra Lohengrin; vue de la cour supérieure
vers l'est ; au milieu le donjon et la chapelle.

L'architecte qui a transformé en plans les ébauches du château de Neuschwanstein, commandées par le roi en grande partie à Christian Jank, était l'inspecteur du service d'urbanisme (Baurat) Edouard Riedel; il avait déjà fait les transformations dans le Château de Berg pour le père de Louis, de 1849 à 1851. D'après Jank, le style changea selon les souhaits du roi du petit château fort des chevaliers pillards, avec des éléments de style flamboyant au château monumental "roman", dont le Palas (lieu de résidence seigneurial) de cinq étages rappelle celui du château de la Wartbourg. Neuschwanstein, qui curieusement, représente aujourd'hui l'incarnation du "château médiéval" dans le monde entier, n'est donc pas une copie d'un édifice historique, mais une nouvelle oeuvre caractéristique et composite de l'historicisme; il présente des motifs de l'architecture du château de la Wartbourg et aussi de gravures médiévales de châteaux forts.

Que le projet de Jank ait été désapprouvé en ce qui concerne la fidélité historique est significatif. Le peintre Michael Welter, recommandé au roi par le capitaine du château de la Wartbourg comme historiquement précis, proposa de livrer en s'appuyant sur des exemples romans, les"'détails nécessaires" à Neuschwanstein; il déclara que le projet final de Jank ne pouvait que provoquer "les critiques les plus acerbes et les plus aigres". Dans sa lettre du 21 Novembre 1871, le secrétaire royal Düfflipp refusa les propositions de Welter pour les raisons significatives suivantes:

"Selon la plus grande volonté de Sa Majesté le roi, le nouveau château doit être construit dans le style roman. Or, comme nous sommes actuellement en l'an 1871, nous avons dépassé la période du style roman depuis plusieurs siècles et on ne peut douter que les progrès faits entre temps, dans le domaine de l'art et de la science, ne nous profitent dans notre entreprise de construction. Je ne veux pas dire ainsi , que nous pouvons nous permettre de modifier le style, ce qui en compromettrait le caractère, mais je ne veux pas non plus accepter de nous ramener des siècles en arrière en renonçant à l'expérience dont on se serait sûrement déjà servi autrefois si on l'avait eue."

 

 

Image: Lit de parade

Chambre à coucher: lit de parade en chêne
sculpté de Anton Pössenbacher

L' historicisme a toujours soutenu ''l'idée de perfection'', c'est à dire ne pas copier les styles historiques, mais de les ''parachever'', en employant tous les moyens artisanaux modernes et techniques. C'est pourquoi on ne considérait pas comme contradictoire la combinaison de techniques modernes du bâtiment et de formes d'installation et de construction historiques. Louis II agissait selon cette idée et le château "roman" de Neuschwanstein possède une cuisine ultramoderne, un chauffage à air chaud et beaucoup de grandes fenêtres industrielles à cadre en acier fermant hermétiquement.

Après la suppression des détails pittoresques des ébauches de Jank, l'extérieur du château prit sous la direction de Georg Dollmann, depuis 1874 successeur de Riedel, des formes de plus en plus sévères. Son caractère presque sobre est encore accentué par les formes simples des parties réalisées après 1886.

Le bâtiment fut pratiquement achevé sous la direction de Julius Hofmann de 1886 à 1892, pour l'ensemble selon les plans de Riedel. C'est également Julius Hofmann qui a, selon les souhaits du roi, réalisé toute la décoration intérieure "romane" et tous les objets d'ameublement de Neuschwanstein. Seules la chambre à coucher et la chapelle, selon un avant-projet de Peter Herwegens, sont de style "gothique flamboyant" avec des meubles dont les formes relativement "historiques" se détachent nettement du néogothique Biedermeier de Hohenschwangau.

| vers le haut de la page |