Contenu:

Château de Neuschwanstein

Salle des chanteurs

 

Image: Salle des chanteurs

La salle des chanteurs était un des projets préférés du roi et à côté de la salle du trône, la pièce la plus importante du château. Elle s'étend sur tout le quatrième étage de la partie est du Palas. Deux pièces historiques du château de la Wartbourg, la salle des fêtes et la salle des chanteurs, s'y réunissent en une seule pièce. Dans la salle des chanteurs de la Wartbourg eut soi-disant lieu le fameux tournoi des chanteurs, également thématisé dans l'opéra de Richard Wagner "Tannhäuser". Conseillé par Wagner, Louis II était allé en 1867 au château de la Wartbourg.

 

Image: "Combat de Parsifal contre le Chevalier Rouge", peinture murale

Combat de Parsifal contre le
Chevalier Rouge. Peinture murale
dans la salle des chanteurs,
August Spiess, 1883/84

Sur le côté étroit à l'ouest, la tonnelle des chanteurs est séparée du reste de la pièce par des marches et une arcade à trois colonnes; au dessus se trouve une petite estrade. Les peintures de la salle n'illustrent pas le tournoi des chanteurs, mais la légende de Parsifal et du Saint Graal. La tonnelle, qui ressemble à une scène de théâtre, est décorée par un paysage de forêt, la forêt sainte autour du château du Graal. Le fils de Parsifal est le "Chevalier du cygne" Lohengrin avec lequel la série de peintures se termine. Le haut plafond à cassettes montre les signes du zodiaque.

Il n'y eu jamais dans cette salle ni banquets ni représentations musicales. Louis II en fit un monument à la culture chevaleresque et au monde des légendes médiévales. Depuis sa jeunesse le roi s'identifiait aux personnages de Tannhäuser, Parsifal et Lohengrin.

Sur la longueur nord se trouve une estrade. Les consoles représentent Flayetanis et Kyot, auteur et traducteur de la légende du Graal. Le mur de soutènement de l'estrade cache un couloir, dont le plafond à cassettes colorées porte des rubans avec les noms des troubadours. Sur le mur d'en face, du côté fenêtres, les consoles sculptées au plafond portent des ornements figuratifs et symboliques; ils se rapportent à la légende de Parsifal. On y voit par exemple un Lucifer ailé qui en tombant, perd une pierre précieuse de sa couronne de laquelle naîtra plus tard le Saint Graal.


| vers le haut de la page |